La Gamme Affaires

Des déplacements d’affaires plus zens

La gamme Affaires d’APRIL International Voyage est spécialement conçue pour les clients amenés à se déplacer fréquemment en France et à l’étranger pour raisons professionnelles.

De nombreuses agences ont une clientèle particulière, celle des hommes d’affaires, dont elles gèrent les fréquents voyages professionnels en France comme à l’international. Pour répondre au mieux aux spécificités de ces clients, APRIL International Voyage propose une gamme de produits dédiés.

Cette gamme Affaires prévoit ainsi notamment le remboursement en cas d’annulation du voyage pour grève du personnel de la compagnie aérienne ou la mise à disposition de titres de transport pour un collaborateur de remplacement.

L’assurance Affaires permet aussi, par exemple, « le remboursement du billet d’avion et des nuitées d’hôtel du collaborateur qui doit annuler un déplacement après l’indisponibilité de la société qui devait l’accueillir », dévoile Mickaël Planchais, du service Production.

Pratique, pour éviter d’engager des démarches à chaque nouveau déplacement, l’assurance Affaires peut être souscrite à l’année ; une formule avantageuse comprenant une souscription unique et  la possibilité d’obtenir autant d’attestations d’assistance que souhaité, utile pour les déplacements en Chine ou en Russie, pays qui exigent une assurance avant de délivrer un visa.

Par ailleurs, l’offre, d’une grande souplesse, peut être temporaire (au « coup par coup ») comme annuelle, ou même réunir sur un même contrat tous les collaborateurs concernés. A noter que chaque contrat peut être intégré dans le smartphone de l’assuré, via l’appli APRIL Voyage, qui intègre aussi toutes les cordonnées utiles en cas de besoin d’assistance.

Enfin, toute souscription d’assurance Affaires peut opportunément être « complétée par la gamme Sérénité, notamment pour éviter aux sociétés de fournir un justificatif et les soulager du traitement d’un dossier d’assurance sur lequel elles n’ont pas toujours le temps de se pencher », précise Mickaël Planchais.